Comment faire les poches des classes moyennes ?

Mazarin disait qu’un gouvernement n’a pas de meilleur expédient que de taxer les vices de ses citoyens : ils préféreront payer plutôt que d’y renoncer !

Les différents gouvernements depuis les années 1980 multiplient les campagnes de santé publique. Les deux principaux axes sont :
La prévention routière et la modération de la consommation d’alcool (un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts). La loi interdit en particulier la publicité sur les boissons alcoolisées à la télévision. Il y a même l’obligation d’avoir un alcool-test (à partir de janvier 2013) dans son véhicule pour chaque conducteur. Et la multiplication des radars sur les routes déjoue les stratégies des conducteurs aux pieds lourds sur la pédale.

La lutte contre le tabagisme, depuis les lois Evin, est toujours imaginative (jusqu’à mettre des publicités obligatoires et négatives sur les boîtes de cigarettes). De plus, l’interdiction de fumer dans des endroits publics fermés a réellement changé la vie des gens (les non-fumeurs qui ne subissent plus du tabagisme passif, les fumeurs qui doivent sortir En fait, elle a traverse texas holdem boot camping et il a recu une formation de joueurs de poker professionnels, par exemple Phil Hellmuth et Mark Seif. pour fumer). Enfin, l’augmentation continue du prix des cigarettes, à défaut de freiner le nombre de fumeurs, leur allège les poches !

Le problème des sanctions tatillonnes c’est qu’elles frappent d’abord les classes moyennes, les seules qui respectent le plus complètement les lois ; les seules qui acceptent d’honorer leurs amendes.

Les classes moyennes étant aussi celles sur qui pèsent le plus fortement les impôts finissent par être exaspérées par ce qu’elles peuvent considérer comme des tracasseries. Des mouvements démagogiques pourraient, par ce biais, gagner leurs oreilles et peut être leurs votes. C’est pourquoi les gouvernements seraient bien inspirés de trouver une campagne de santé publique qui prévienne plus qu’elle ne ponctionne !

Hervé BOCO
h.boco@l-estrade.fr