General view inside the French Senate in ParisSupprimer le Sénat est une idée qui revient régulièrement. Pas formulée de manière aussi brutale car elle a coûté au général de Gaulle sa place à la tête de l’état. Mais on a commencé réduire la durée des mandats de 9 ans à 6 ans et l’on parle maintenant d’interdire le cumul des fonctions électives. Cette dernière mesure aurait pour conséquence de retirer aux sénateurs une part de leur raison d’être : représentés les collectivités locales, et d’autant mieux qu’ils sont eux-mêmes des élus locaux.

Or dans un pays comme la France, aux mouvements de bascule assez brutaux, il est bon qu’une haute chambre vienne tempérer les actes du pouvoir central.

Remarquons aussi que le sénat n’est pas seulement le lieu d’atterrissage des anciennes gloires nationales (chef de parti ou premier ministre). Il a en son sein beaucoup d’éléments brillants et de membres qui, baignés dans les réalités locales, refusent de se laisser enfermer dans des idéologies. Aussi, peut-on plus facilement débattre entre opposition et majorité au sénat et les amendements sénatoriaux offrent souvent un compromis, impossible à la chambre basse.

NapoleonEnfin, pour les réformes institutionnelles quand le parlement est convoqué en congrès, la voix des sénateurs est indispensable. Donc, cela est une garantie contre des initiatives intempestives d’un nouveau pouvoir. Les traités européens ou la citoyenneté nationale ne peuvent être réformés sans débats !

Au début, le sénat admettait de droit et à vie, les cardinaux et les maréchaux. Il serait souhaitable que les anciens présidents de la République pussent faire profiter de leur expérience et de leur poids politique la haute assemblée. Après tout, aux grandes heures de l’histoire de France, le sénat a su contester le sceptre : Un sénatus-consulte a déchu Napoléon et le président Monnerville a été l’opposant le plus célèbre à l’élection du président de la république au suffrage universel.

Hervé BOCO
h.boco@l-estrade.fr

PARTAGER
Article précédentLe mythe Kennedy
Article suivantLe Te Deum
Président de l'Estrade la Parole Forte